Bryan Ley ?

La peinture de Bryan Ley traite de la figure humaine, d’une humanité anonyme qui n’est pas à la recherche de son identité mais plutôt d’un monde réinventé. L’artiste revendique une approche figurative mais sans narration. Son travail de recherche autour de la surface par l’intermédiaire de matériaux telle que le tissu ou le bois révèle son ambition de promouvoir le support.

Il y a du noir, du gris, du blanc mais quand apparaît la couleur c’est sous la forme d’un tissu  tendu  sur lequel l’artiste a peint un visage, des corps ou des vêtements qui semblent émerger de la surface peinte; parfois même le corps entier est  pris dans un tissu à motifs, comme le rendant prisonnier. Le collage et l’intégration fragmentaire de matériaux bruts dans la surface peinte permettent également un apport de réalité. Un lien permettant d’effacer la distance entre sa peinture et le monde.

Mais ce sont les noirs et les gris qui s’imposent dans ses toiles et créent une atmosphère austère et angoissante avec ces corps repliés sur eux mêmes, raides, sans mouvement, enfermés dans leurs pensées. Ces femmes et ces hommes, tous jeunes, plutôt que des êtres humains sont des attitudes, en marche vers un lieu indéfini. Serait-ce le reflet de notre société ?